Professionnels en début de carrière occupant des emplois verts : des moteurs économiques

Les jeunes jouent un rôle de premier plan pour tracer le futur de la bioéconomie. Selon un dirigeant d’un accélérateur d’entreprises, les projets destinés à attirer les jeunes en plus grand nombre dans l’industrie sont les bienvenus. La société Bioentreprise est un accélérateur d’entreprises public à but non lucratif qui offre des services de commercialisation visant à soutenir la création, la croissance et l’expansion d’entreprises agricoles. Elle offre une variété de services, comme de l’analyse commerciale, des services-conseils et l’organisation d’événements qui permettent de mieux faire connaître le secteur.

Les jeunes jouent un rôle de premier plan pour tracer le futur de la bioéconomie. Selon un dirigeant d’un accélérateur d’entreprises, les projets destinés à attirer les jeunes en plus grand nombre dans l’industrie sont les bienvenus.

La société Bioentreprise est un accélérateur d’entreprises public à but non lucratif qui offre des services de commercialisation visant à soutenir la création, la croissance et l’expansion d’entreprises agricoles. Elle offre une variété de services, comme de l’analyse commerciale, des services-conseils et l’organisation d’événements qui permettent de mieux faire connaître le secteur.

La société a embauché un analyste commercial, bioproduits, et une coordonnatrice, marketing et événements, grâce au soutien financier du programme Objectif carrière verte de BioTalent Canada, une décision qu’elle ne regrette pas du tout.

« La collaboration est arrivée à point nommée », explique Jennifer Kalanda, gestionnaire du marketing de Bioentreprise. En effet, les embauches ont eu lieu au moment où la société prenait de l’expansion à l’échelle du pays, et les nouveaux employés ont permis de faciliter cette croissance.

« Nous étions en train d’ouvrir des bureaux en Colombie-Britannique et d’accroître notre présence dans les provinces de l’Atlantique. Une bonne partie de cette croissance et de la collaboration à l’échelle nationale émanent de notre siège social. Nous devions soutenir la croissance de notre entreprise et répondre à la demande pour nos services. »

La société, établie à Guelph, en Ontario, compte des bureaux à l’Île-du-Prince-Édouard, en Nouvelle-Écosse et, depuis peu, en Colombie-Britannique. Grâce aux nouvelles recrues, elle a pu répondre à l’intérêt croissant pour ses produits et services.

« L’analyste commercial a fourni des services à des clients spécialisés en déchets organiques et a joué un rôle clé dans un grand projet d’étude de marché rémunéré à l’acte pour un important client qui souhaitait obtenir des conseils sur l’élaboration d’une stratégie, se réjouit Mme Kalanda.

La coordonnatrice, marketing et événements, a pris en main la gestion de tous les événements et partenariats ainsi que le marketing numérique de Bioentreprise, y compris le marketing par courriel et sur les réseaux sociaux, augmentant de 200 % la présence de la société sur ces plateformes.

« Après l’évaluation à la fin de leur stage de six mois, nous étions très heureux de les garder dans l’équipe à temps plein. »

Le soutien à l’embauche dont a bénéficié Bioentreprise a joué un rôle essentiel dans son expansion et les initiatives en cours, souligne Mme Kalanda. Elle ajoute qu’une des principales différences entre les employés qui occupent des postes soutenus par BioTalent Canada et les étudiants qui participent à des stages coopératifs résident dans la capacité à bâtir une croissance durable.

« Le problème est que les stagiaires demeurent parmi nous très peu longtemps. Ils évoluent de façon autonome après trois mois, mais comme leur stage ne dure que quatre mois, il faut constamment recommencer le processus d’entrevue, d’embauche et de formation.

À l’opposé, l’embauche de personnel en bénéficiant d’un financement comme celui offert par BioTalent Canada a ouvert un monde de possibilités pour Bioentreprise.

« Nous ne sommes pas soumis à des contraintes de tempsou d’une autre nature, et il  y a une continuité, ce qui est formidable », affirme Mme Kalanda, ajou tant que la présence de la coordonnatrice du marketing au sein de son équipea tout changé.

« Je ne pourrais plus me passer d’elle », explique celle qui atteignait auparavant ses objectifs avec l’aide d’étudiants stagiaires, « en dormant très peu ».

La formule a connu un tel succès que Bioentreprise recommande régulièrement les programmes de BioTalent Canada à ses
propres clients, lesquels ont créé 2 600 emplois et plus de 1 000 produits, générant 268 millions de dollars en revenus au cours des 10 dernières années.

« C’est une expérience hors du commun. Nous sommes extrêmement satisfaits du programme, et le personnel de BioTalent Canada a su bien nous guider. Nous savons que nos clients tireront eux aussi d’énormes bénéfices de leurs relations avec BioTalent Canada », conclut Mme Kalanda.