Biotechnologies : ces personnes qui font avancer la science.

Rencontre avec le Dr Kouassi - identifier des biomarqueurs sanguins pour améliorer le diagnostic des troubles mentaux.

Actuellement, le diagnostic et le traitement des troubles mentaux reposent principalement sur les symptômes cliniques. L'identification de biomarqueurs sanguins de santé mentale permettrait d'accélérer et d'améliorer le diagnostic des troubles mentaux, et de mieux appréhender la réaction des patients au traitement.

Nom : Dr Édouard Kouassi
Titre : Professeur-chercheur agrégé, Faculté de médecine, Université de Montréal, Québec
  Directeur du laboratoire d'immunopharmacologie du Centre de recherche de l'institut universitaire en santé mentale de Montréal, Québec
Entreprise : Université de Montréal et Institut universitaire en santé mentale de Montréal
Domaines d'expertise : 1. Mécanismes moléculaires du lien entre le cerveau et le système immunitaire; rôle des médiateurs solubles (cytokines, neurotransmetteurs) et leurs conséquences thérapeutiques sur les maladies neuro-inflammatoires (accident vasculaire-cérébral, Alzheimer, Parkinson, sclérose en plaques, etc.), et sur les troubles mentaux (schizophrénie, dépression majeure, etc.)
  2. Pharmacie clinique en milieux hospitalier et communautaire
  3. Approches écosystémiques de la santé (interaction entre l'environnement et la santé)
Formation : Pharmacie/Pharmacologie, Toxicologie, Immunologie. Récipiendaire d'une bourse de carrière de cinq ans dans les sciences de la santé, remise conjointement par Rx&D et les Instituts de recherche en santé du Canada

Ce qui me tient particulièrement à cœur : Ce qui me tient particulièrement à cœur: La mise au point de biomarqueurs du sang périphérique pour améliorer le diagnostic, la prévention et le traitement des troubles mentaux. Actuellement, on s'appuie principalement sur les symptômes cliniques pour établir le diagnostic et le traitement de ces troubles mentaux, dont souffre une grande partie de la population mondiale. Les troubles mentaux résultent majoritairement de dysfonctionnements de la biochimie cérébrale. Or, on peut exploiter certains dysfonctionnements externes au cerveau, notamment dans le sang périphérique, pour compléter les données cliniques. Le prélèvement d'échantillons sanguins est une méthode relativement simple, plus facile à réaliser et moins invasive qu'une imagerie cérébrale. Ainsi, l'identification de biomarqueurs sanguins de santé mentale devrait permettre d'accélérer et d'améliorer le diagnostic des troubles mentaux, en plus de mieux appréhender la réaction des patients aux traitements psychologiques ou pharmacologiques. C'est dans cette optique que mon laboratoire participe actuellement à un projet longitudinal intitulé « Banque Signature ». Celui-ci consiste à répertorier les données cliniques et les échantillons biologiques de sang, de salive et de cheveux des patients souffrant de troubles psychiatriques et pris en charge par l'Institut universitaire en santé mentale de Montréal. Des pistes de recherches et des questions cliniques spécifiques sont traitées grâce à ces données et à ces échantillons biologiques. En collaboration avec mes collègues de la Banque Signature, nous effectuons par exemple des recherches sur la relation entre la maltraitance pendant l'enfance, les dysfonctionnements du système immunitaire et les troubles de dépression majeure qui surviennent ensuite à l'âge adulte.

Qu'aimeriez-vous que le public apprenne concernant votre domaine de spécialité? Le cerveau est intimement relié au système immunitaire par un grand nombre de mécanismes constitués de médiateurs solubles, comme les cytokines et les neurotransmetteurs. Ces molécules sont présentes à la fois dans le cerveau et dans le sang périphérique. On peut donc envisager leur éventuelle utilisation à titre de biomarqueurs sanguins des troubles mentaux. De nouveaux procédés d'analyses sanguines et des stratégies thérapeutiques novatrices sont sur le point de voir le jour.

Ce dont je suis particulièrement fier : La sérotonine est un neurotransmetteur bien connu, impliqué dans plusieurs fonctions cérébrales. Elle joue un rôle majeur dans la régulation de l'humeur, le sommeil, etc., et on la trouve également dans le sérum sanguin où elle régule le tonus des vaisseaux sanguins. Nous avons découvert que l'ajout de la sérotonine à un milieu nutritif existant améliorait la qualité des globules rouges pendant leur conservation dans les banques de sang. Cela induirait une meilleure survie des globules rouges dans le sang à la suite d'une transfusion, pour de meilleurs résultats chez les patients bénéficiant de ces transfusions. Notre invention, qui est entrée dans la phase nationale aux États-Unis, fait actuellement l'objet d'un examen en vue d'être brevetée.

L'idée fausse la plus répandue sur la biotechnologie est... Je ne suis pas sûr d'avoir la réponse à cette question. Toutefois, selon moi, une idée fausse est généralement liée à la désinformation, et la biotechnologie ne fait pas exception. L'éducation publique a là un rôle à jouer pour mettre en avant les avantages et les limites éventuelles de ce secteur. La biotechnologie est certainement mieux reconnue dans certains domaines, comme la médecine pour le traitement des maladies graves, par rapport à d'autres, comme les semences génétiquement modifiées. Dans tous les cas, le fait de connaître les avantages et les risques que présente l'usage des produits biotechnologiques aidera les décideurs à prendre les mesures adéquates.

Que conseilleriez-vous à quelqu'un qui se lance dans la biotechnologie? J'ai trois mots d'ordre : la passion, la passion, et encore la passion.

Quel est le meilleur aspect d'un emploi dans la biotechnologie? Le plaisir de contribuer à l'enrichissement de nos connaissances communes, et d'améliorer les soins de santé grâce à l'élaboration ou à l'utilisation de produits et de procédés qui reposent sur des ressources biologiques. Mais avant toute chose, c'est la joie de la découverte.

Scientifique le plus admiré : Albert Einstein (1879-1955), physicien et scientifique, pour sa conception des lois physiques qui régissent l'univers.

Passe-temps favoris : Jouer du tam-tam et de la guitare, et écouter de la musique (Angélique Kidjo, Stromae, Jimi Hendrix).

Livre favori : Le Chemin le moins fréquenté, de Scott Peck (1978).

Destination favorite : Grand-Popo: un petit village du Bénin où je suis né. Il est situé en Afrique de l'Ouest, au bord de l'océan Atlantique et d'un fleuve appelé Mono.